/
Êtes-vous le « bon » expert-comptable ?

Êtes-vous le « bon » expert-comptable ?

En réalité il n’y a pas de bons ou mauvais professionnels, juste des experts-comptables tentant de répondre aux attentes et personnalités de leurs clients... et ce n’est pas toujours une mince affaire !

Par Alice Forgereau, le 19/01/2021
63

La relation entre l’entreprise et l’expert-comptable est symbolisée par la lettre de mission. Ce document contractuel décrit l’ensemble des tâches comptables réalisées par l’expert et le dirigeant ainsi que les honoraires perçus en échange des services rendus. Ainsi, la recherche du bon expert-comptable est primordiale car, comme le banquier, il s’agit d’un partenaire incontournable de l’entreprise : il détient des informations sur la santé financière de la structure et peut relever les risques éventuels qui la mettraient en péril. Véritable confident de l’entrepreneur, ce pro des chiffres relève quotidiennement un défi majeur dans l’exercice de son métier : être un « bon » expert-comptable.

Mais à quels critères répond la perle rare ?

Voici 5 qualités indiscutables qui caractérisent à merveille un expert-comptable d’exception.

 


  

Un être digne de confiance

 

La période des bilans ou période fiscale est crucial dans l’activité des experts-comptables. En effet, l’expert établit les comptes annuels (eux-mêmes réclamés par l’administration fiscale), à partir des informations transmises par le chef d’entreprise. L’expert-comptable joue un rôle de contrôle : il s'assure que les comptes de la société respectent la législation comptable. Les missions de ce tiers de confiance consistent à mener de front des process multiples : réceptionner les pièces justificatives déposées et présentées par le contribuable à l'appui de chacune des déductions du revenu global (réductions ou crédits d'impôts), établir la liste de ces pièces et des montants y figurant, attester l'exécution de ces opérations, assurer la conservation de ces pièces jusqu'à l'extinction du délai de reprise de l'administration, les transmettre à l'administration sur sa demande (selon la loi n° 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative.). Pour assumer cette pression due à la période fiscale les professionnels de la comptabilité ont une organisation structurée :

 

  • Planning sous Excel pour l’ensemble du cab : celui-ci présente les missions récurrentes et les délais correspondants. (pour traiter en premier les sociétés qui font des bénéfices et auront de l’IS à payer par exemple).
  • Planning des rendez-vous bilan : reporting groupe aux entreprises les mieux structurées.
  • Suivi des dossiers et gestion des imprévus : tant que tous les dossiers ne sont pas bouclés, ça n’est pas fini ! En cas d’absence imprévue d’un collaborateur les associés prennent la mesure du portefeuille concerné.

 

Ainsi c’est bien une profession de tous les dangers que les pros de la compta exercent avec une très grande vigilance et le sens des responsabilités.

 


 

Un être doté de qualités humaines...
sans être un psy

 

Les experts-comptables élargissent de plus en plus la palette de leurs compétences afin de pouvoir accompagner et conseiller leurs clients sur tous les aspects de la vie de l’entreprise : stratégie de développement, financement, ressources humaines, numérique, politique environnementale… Mais il est indispensable d’apprendre à maîtriser une communication plus ordinaire en utilisant des termes simples et compréhensibles car le client n'a pas de connaissance technique de cette profession extrêmement codifiée. Sortir de votre zone de confort nécessite de maîtriser la communication verbale et non verbale  :

 

  • La bienveillance : les attitudes, les expressions du visages, l’intonation.
  • Être avenant : la tenue vestimentaire, la posture.
  • La qualité d’écoute : le temps de parole doit être partagé entre l'expert-comptable et le client. Il doit se sentir écouté, ne pas être coupé dans sa prise de parole et avoir le temps de s'exprimer.

 

« 7% des mots ont un impact dans une discussion ;

38% l’intonation de la voix (douce ou voix élevée);

55% de non-verbal (attitude, posture). »

 

Oreille attentive aux interrogations de ses clients, l’expert-comptable ne peut en aucun cas se substituer au psy. À chacun son expertise !

 


 

Un être connecté

 

De nombreux cabinets travaillent de manière dématérialisée grâce à des plateformes d’échange accessibles aux entrepreneurs. Qu'en est-il pour vous ?

La technologie est alors au service d’une relation étendue. Ainsi, prenez connaissance des logiciels utilisés par vos clients et assurez-vous également de leur compatibilité avec votre parc informatique ! Aujourd’hui vous pouvez centraliser la collecte des documents digitaux de votre portefeuille-clients à l’aide de logiciels dédiés à ces tâches à faible valeur ajoutée.

 

Lire aussi :

 

Les logiciels de production comptable et de paie évoluent sans cesse et de nouveaux acteurs émergent au point que certains en arrivent à craindre cette évolution. Pourtant, ils provoquent l'émergence du travail collaboratif entre l'expert-comptable, son client et même avec les salariés de son client. Ce travail collaboratif, tout comme la production comptable, génère ensuite un certain nombre de données qui, toutes assemblées, deviennent le big data et vont alimenter l'intelligence artificielle. La robotisation ne doit pas diminuer l'apport de l'expert-comptable mais plutôt supprimer des tâches manuelles chronophages afin de cibler et résoudre les anomalies.

 


 

 Un être ponctuel

 

La ponctualité est une qualité professionnelle qui fait partie des nombreuses compétences que l’expert-comptable a à son actif. Cette qualité est bien souvent mise à mal en période fiscale par les clients qui manquent d’organisation. Chaque année, les cab d’expertise-comptable révisent leur planning car l’objectif est d’être à jour le plus tôt possible, et de ne rien laisser traîner. Anticiper pour mieux vaincre est la seule solution :

 

  • Gouverner c’est prévoir : pourquoi se retrouver gêné au moment des bilans par l’absence de pièces qu’on aurait pu demander au cours de l’exercice, ou devoir mettre à jour ces immos que l’on n’a pas saisi les mois précédents ? Préparer la période fiscale, c’est finalement l’affaire de toute l’année… !
  • S’organiser entre collaborateurs : la planification se construit régulièrement sur les portefeuilles-clients des collaborateurs. Ainsi on calcule des moyennes de temps passé sur deux ans, sur la base des feuilles d’heures par dossier et par mission. Une réunion interne est généralement organisée avant le début de la période fiscale pour finaliser ce plan de charge.
  • Prioriser les dossiers : en priorité, les dossiers les plus simples et les clients bien organisés, qui assurent la bonne transmission des éléments.

 


 

Un être doté d’une patience d’ange... surtout en période fiscale

 

Une période fiscale sans retard-client ne serait pas une « vraie » période fiscale, qu’on se le dise ! Anticiper les retards des clients fait partie du jeu et il faut parfois trois mails formalisés pour obtenir une réponse… Vous connaissez ceux qui manquent de discipline mais c’est à vous de leur donner les moyens de s’organiser et de leur faire comprendre que c’est dans leur intérêt d’avoir des comptes plus tôt.

Lors de cette période charnière, l’accumulation des dossiers est également un leitmotiv incontournable. Ces dossiers « presque » finis mais encore en suspens mettent généralement l’endurance des experts-comptables à rude épreuve. En effet, les missions de révision les obligent à être tributaires de l’avancée de ces dossiers en voie de finalisation. Autant de décalages à prendre en compte au planning… qui bouge donc tout le temps pour que personne ne reste les bras croisés pendant que d’autres seraient « sous l’eau » ou sur le grill !

 


L'expert est un professionnel auquel on demande beaucoup et constamment. Vous méritez d'autant plus estime, soutient et collaboration des clients et entreprises avec lesquels vous travaillez ! 

 

Alice Forgereau
Responsable communication chez HappyCab x VDC
Profil LinkedIn
Comptabilité
Expert-comptable