/
Stress : êtes-vous touché par le blurring ?

Stress : êtes-vous touché par le blurring ?

Vous passez des appels personnels au boulot et des appels pro à la maison ? Bienvenue dans le phénomène du blurring ! 

Par Alice Forgereau, le 01/06/2021
131

Consulter ses mails au petit déjeuner, travailler dans les transports en commun, répondre à des mails pro après 21h ou pendant le weekend… Ceux qui se reconnaissent dans ces habitudes ont de grandes chances d’être concernés par le blurring. 

Qu’est-ce que le “blurring” ?

À peine venez-vous de passer la porte de votre domicile que votre téléphone portable vibre déjà à tout va pour vous prévenir de la réception de plusieurs SMS. Une fois n'est pas coutume, peu importe l'heure, votre manager exige une réponse immédiate à sa question urgente. Vous voici victime de blurring... Le monde du travail regorge de ces néologismes ou anglicismes un peu mystérieux. En voilà un qui circule depuis déjà quelques années : le blurring. Et le Covid n’a rien fait pour arranger cela ! Cette expression qui émane du verbe to blur signifie « flouter, estomper » désigne la disparition de la frontière entre la vie personnelle et la vie professionnelle. Si le blurring permet une toute autre approche de la gestion du temps, cette hyperconnexion peut avoir de lourdes conséquences sur votre vie privée. En effet, diverses conséquences peuvent découler du syndrome de blurring : baisse de la qualité de votre travail, de vos performances, mais aussi de la fatigue psychique, du stress. La surcharge informationnelle qui empêche de se vider la tête est dangereuse car ces symptômes peuvent conduire au burn-out.

Lutter contre ce phénomène

D’abord, cette hyperconnection que décrit le blurring était plutôt bien vue car considérée comme un moteur d’engagement. Une culture d’entreprise décontractée était aussi souvent assimilée au fait de faire déborder le travail en dehors de ses heures et de ses murs. Mais aujourd’hui le phénomène est discuté et pendant les confinements successifs, la question de la conciliation télétravail et vie privée était une discussion centrale. En effet, selon de nombreux spécialistes, le stress généré par cette hyperconnexion et ce flux constant d’informations risquent de mener inexorablement au burn out. Ainsi c’est pour lutter contre ce phénomène que la loi Travail, promulguée le 8 août 2016, a instauré le droit à la déconnexion (article 55). Désormais, au sein de toute entreprise de plus de 50 collaborateurs, « la mise en place de dispositifs de régulation de l’utilisation des outils numériques » doit être négociée avec les partenaires sociaux. En cas d’absence d’accord, l’employeur se trouve dans l’obligation d’élaborer une charte après avis du CSE. Entré en vigueur le 1er janvier 2017, le droit à la déconnexion vise à préserver un équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle et protège ainsi les collaborateurs qui refusent de se connecter aux outils numériques et d’être contacté par son employeur en dehors de ses heures de travail.

Gare au harcèlement !

Mais attention, la situation peut parfois dégénérer. Ainsi, un arrêt de la Cour d’appel de Paris du 24 mars 2014, a retenu qu’un management oppressant et donnant lieu à d’incessants appels téléphoniques ou SMS en dehors des heures de travail, peut constituer du harcèlement moral managérial. Ce délit, puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amendes, est totalement imputée à l’employeur qui se doit de prendre soin de ses collaborateurs, en vertu de l’article L.4122-1 du Code du Travail.

Si l'hyperconnexion peut être opportunité, qui offre une plus grande flexibilité, veillez tout de même à ne pas brouiller excessivement les frontières 👌

Alice Forgereau
Responsable communication chez HappyCab x VDC
Profil LinkedIn