/
Résultats du DEC : comment rebondir en cas d’échec ?

Résultats du DEC : comment rebondir en cas d’échec ?

En cas d'échec au diplôme d'expertise comptable, le candidat conserve la possibilité de se présenter à la session suivante dès lors que l'attestation de fin de stage reste valable

Par Alice Forgereau, le 06/07/2021
141

Passer un concours c’est prendre le risque de vivre un échec. Dans notre esprit, rater quelque chose signifie que l’on est un… raté parce que l’échec vient bouleverser l’estime et la confiance en soi. 

Cependant, si vivre un temps de découragement est normal, l’échec n’est pas une fatalité. 

Dans le cerveau, comment ça marche ? 

Les scientifiques se sont penchés sur le mécanisme qui s’enclenchait dans le cerveau à l’annonce d’une mauvaise nouvelle. Ils ont ainsi pu déterminer l’aspect séquentiel de l’échec. Ainsi, deux processus se mettent en place : d’une part, le processus émotionnel, d’autre part, il y a le processus rationnel.

Lorsqu’on vit le processus émotionnel, on est envahi par l’émotion, et ce qui s’activera alors, c’est la régulation émotionnelle. Cependant, si vous n’avez pas été entraîné(e)s à faire face à vos émotions, vous serez démuni(e). Le processus émotionnel est quelque chose qui a une valeur adaptative, le problème ne viendra pas de l‘émotion elle-même, mais de la gestion de cette émotion. En ce qui concerne le processus rationnel, il s’agit des questions cognitives qui se posent à vous : qu’est-ce que je n’ai pas compris, pourquoi moi…? Quel que soit le traumatisme, les composantes de la séquence seront donc les mêmes : l’adaptation, la régulation, et l’efficacité de ce qui aura été mis en place pour surmonter l’échec. En effet, après l’échec il faut rebondir !👇

 

Lire aussi : 

 

3 méthodes incontournables pour retrouver la motivation

Si la manière dont l’échec sera surmonté varie d’une personne à l’autre, les étapes, elles, sont bel et bien similaires à tous :

  • Déculpabiliser

Lorsque vous subissez un revers de fortune, les émotions prennent rapidement le dessus. La situation est critique, tout semble mal aller, la terre tremble, vous culpabilisez. Mais laissez donc un peu de côté  vos émotions, et forcez-vous à regarder votre échec en face, comme un objet extérieur, puis tâchez de l'analyser : pour quelles raisons avez-vous échoué ? L'objectif que vous vous étiez fixé était-il trop élevé ? Aviez-vous le bon profil ? Etiez-vous réellement motivé ? Etc. Répondez franchement à toutes ses questions, soyez en vérité avec vous-même. Il ne s’agit pas de chercher à vous jeter la pierre, mais plutôt de comprendre les circonstances qui vous ont amené à échouer afin d’en tirer une leçon pour l’avenir. Enfin, il est capital de savoir si vous avez choisi la bonne orientation, c'est-à-dire celle qui vous motive et pour laquelle vous avez les compétences et les talents requis.

  • Prendre du recul et se changer les idées

Parlez avec un ami, changez-vous les idées, jouez à un jeu vidéo, oubliez le monde et laissez retomber le soufflet émotionnel. La raison reprendra les commandes pour commencer à produire des choses plus utiles. Le refus de prendre du recul est la principale raison pour laquelle tant de gens ne parviennent pas à surmonter un échec cuisant. En fait, pour accepter l’idée que l’échec peut être bénéfique, il faut prendre du recul sur ce qu’on vit. Dans un premier temps, il peut s’agir de prendre de la distance d’un point de vue physique et géographique en pratiquant des activités qui vous plaisent ou tout simplement passer du temps avec vos ami(e)s ou vos proches pour ne pas déprimer. Mais prendre du recul peut aussi signifier autre chose : il implique que vous vous concentriez sur le chemin parcouru jusqu’alors. Une rétrospection peut vous en apprendre beaucoup sur vous-mêmes et sur votre trajectoire. En effet, vous ne vous êtes pas retrouvé à passer le DEC par hasard ! 

  • Se donner un nouvel objectif : la session de novembre 2021

Un jour, Nietzsche a dit : « Tout ce qui ne tue pas rend plus fort ». Si cette phrase est très dure à entendre elle reste vraie dans le sens où à chaque fois que vous remontez en selle et que vous faites l'effort d'avancer après un échec ou une difficulté, vous devenez meilleur et plus compétent. Vous apprenez, vous vous formez, vous vous améliorez, et comme vous avez fait cette erreur et que vous l'avez analysé, vous saurez la reconnaître si la même difficulté se pointe sur votre chemin. Vous saurez donc a priori ce qu'il faut faire pour bien réagir et éviter un prochain échec. Foncez, donnez le maximum, travaillez beaucoup, concentrez-vous et c'est certain : le succès ne sera pas loin car l’échec est une opportunité de faire mieux. 

Ne vous découragez pas, un échec n’est pas une impasse ! En effet, nous subissons tous des échecs mais ce qui compte c’est comment vous y répondez. Travaillez votre mental comme vous travailleriez un muscle. Cela vous rendra capable de tout affronter et de toujours continuer à aller de l’avant. 

Alice Forgereau
Responsable communication chez HappyCab x VDC
Profil LinkedIn