/
Comptables, pensez à lever le pied !

Comptables, pensez à lever le pied !

Vous savez qu'il est important de déconnecter du travail, mais savez-vous pourquoi et à quel point c'est crucial ?

Par Alice Forgereau, le 10/12/2020
5 min de lecture
15

Les nouvelles technologies associées à internet font partie intégrante de notre quotidien. Désormais nous pouvons communiquer facilement en temps réel dans presque toutes les régions du monde, ce qui était impensable, il y a encore quelques années. Cependant, cette banalisation du contact et de la communication digitale permanente a aussi ses côtés négatifs car elle rend naturel le fait d’être connecté et disponible 24 heures sur 24. C’est pourquoi la France a introduit la notion de « droit à la déconnexion » dans sa récente réforme du travail. C'est un droit et des premiers pas encore timides, mais il permet d’insister sur l’importance pour le salarié de séparer vie personnelle et vie professionnelle.

 


 
1er janvier 2017 : la déconnexion est désormais possible

Selon une étude du cabinet Éléas, 37% des actifs se connectent quotidiennement pour une utilisation professionnelle en dehors du travail et 62% des actifs espèrent un encadrement pour les aider dans l'utilisation des outils numériques en dehors du travail. En effet, il est urgent d’agir car la frontière entre la vie professionnelle et la vie privée tend à disparaitre petit à petit. Pourtant nombreuses sont les études qui nous démontrent l'importance du respect des temps de repos et de congé. Pour éviter les situations critiques et veiller à l’épanouissement personnel il est primordial de poser des limites nettes.

Admis par la jurisprudence depuis déjà plusieurs années et prévu dans quelques accords d’entreprise, le droit à la déconnexion n’est apparu expressément dans le Code du travail qu’en 2016, dans le cadre de la négociation obligatoire sur la qualité de vie au travail (QVT). Ainsi, la Loi Travail ou loi El Khomri a mis en vigueur le droit à la déconnexion en janvier 2017 avec un objectif clair :

 

« Assurer le respect des temps de repos et de congé ainsi que de la vie personnelle et familiale »

 

Pour répondre à cette exigence, l'article 55 de la Loi Travail permet aux entreprises de proposer une nouvelle régulation de l'utilisation des outils numériques, par l’élaboration d’une charte détaillant les modalités de l'exercice du droit à la déconnexion. Les entreprises sont donc livrées à elles-mêmes car la Loi Travail ne donne pas une définition claire et précise, ni de directive concernant les modalités du droit à la déconnexion. La loi entend également que les entreprises s'engagent à former et sensibiliser leurs salariés à « un usage raisonnable des outils numériques ». Pour cela, elles sont tenues de rédiger une charte.

Toutefois, aucune sanction n’est prévue par le code du travail en cas d’absence de charte liée au droit à la déconnexion des salariés au sein de l’entreprise. Cependant, les entreprises dotées de représentants syndicaux ont l’obligation d’introduire le droit à la déconnexion dans le cadre de la négociation collective sur la QVT et l’articulation entre la vie personnelle et la vie professionnelle. Cette négociation annuelle est obligatoire depuis le 1er janvier 2017, sauf accord prévoyant une périodicité différente. Si l’entreprise ne respecte pas cette obligation, elle sera sanctionnée. L’employeur encourt un an d’emprisonnement ainsi que 3 750€ d’amende. La loi interdit les licenciements pour faute, si un collaborateur n’a pas répondu aux sollicitations professionnelles en dehors de ses heures de travail. Enfin, depuis juillet 2018, la cour de cassation oblige les employeurs à verser des indemnités d’astreinte aux salariés dès lors qu’on leur demande de rester en permanence disponibles, joignables pour répondre aux urgences éventuelles. Effectivement, tout n’est pas gagné !

 


 
Warning : prenez garde au « blurring » !

Cet anglicisme plutôt sympathique puisqu’il désigne en cosmétique un maquillage qui vous permet d’avoir meilleur mine, prend un tout autre sens dans le monde du travail.  C’est ce floutage qui peut mener jusqu’au burn-out et dont il faut savoir reconnaitre les signes. D’ailleurs l’observatoire Amarok, dirigé par le professeur Olivier Torrès à Montpellier, vient de passer à la loupe le risque d’épuisement professionnel chez les entrepreneurs de différents secteurs d’activités. Si l’on savait les agriculteurs exposés (35,1 %), la surprise vient des résultats sur la profession d’expert-comptable (30,2 %).

« Le burnout comporte trois facettes, selon l'Organisation mondiale de la santé : l'épuisement émotionnel, la dépersonnalisation et la perte d’efficacité personnelle. »

Les conséquences touchent autant la sphère professionnelle que privée :

Au travail

Démotivation : vous n'avez plus la même motivation dans les dossiers que vous traitez, surtout que vous êtes une personne sur-investie de manière générale.

Sentiment d'échec : vous avez la sensation de ne rien réussir, vous redoublez d'efforts et ne comptez plus vos heures pour enfin vous persuader que vous remplissez vos objectifs.

Perte de confiance : vous pensez soudain que vous êtes une personne incompétente dans tout ce que vous réalisez, vous perdez complètement confiance en vos capacités.

Irritabilité : tout vous énerve, que ce soit la manière dont votre collègue traite un dossier ou la façon dont votre manager vous parle, vous vous sentez agressé.

Perte du plaisir à travailler : vous allez au travail à reculons et vous n'avez plus aucun plaisir à venir vous assoir à votre bureau, vous avez la sensation de vous traîner.

 

Dans votre vie personnelle

Anxiété : vous vous sentez persécutés par vos collègues ou vos responsables. Dès lors, vous devenez agressif et vous ne vous reconnaissez plus tel que vous êtes habituellement.

Manque d'attention : vous avez l'impression que vous ne pouvez plus rester concentré et vous vous sentez débordé. De ce fait, vous avez des pertes de mémoire car vous en avez trop dans la tête.

Impossibilité de se déconnecter : votre travail devient toute votre vie, vous ne pensez qu'à ça et vous tournez en rond. C'est ainsi que tous les éléments s'enclenchent car vous n'arrivez plus à débrancher.

Vie de affective fragilisée : vous emmenez vos soucis avec vous, cela fragilise votre couple et l'ambiance familiale n'est pas au beau fixe. Vous tournez en rond car rien ne va plus. Vous mettez des distances avec vos amis. 

Repli sur soi : vous avez l'impression que personne ne peut vous comprendre et vous finissez par vous sentir inutile et incompris.

 


 
Un changement s’impose dans nos priorités vitales : 4 exemples de mise en pratique

Chaque entreprise a la liberté de trouver des outils ou des fonctionnements qui favoriseront la bonne pratique du droit à la déconnexion des salariés.

Voici quelques exemples afin d’illustrer les possibilités de mise en pratique. Nous vous encourageons vivement à diffuser ces astuces dans votre cab car il en va, in fine, du bien être de l'entreprise !

 

1) Le blocage des e-mails en dehors des horaires de travail :

Des entreprises ont, par exemple, mis en place des systèmes informatiques qui bloquent l’accès aux mails professionnels en dehors des horaires de travail. Efficace !

 

2) L’information du collaborateur sur son poste de travail :

Elle se fait par la mise en place d’un système de pop-up rappellant le droit à la déconnexion lorsqu’on se connecte en dehors des heures de travail. Cest une solution astucieuse qui assure tout un chacun de ses droits sans le contraindre.

 

3) Des signatures-mail déculpabilisant le quotidien :

Elles trouvent leur place à la fin d'un mail stipulant qu’une réponse immédiate n’est pas attendue. Ce type de message permet aux collaborateurs de se tranquilliser et de répondre plus tard.

 

4) Mise de supports à disposition des collaborateurs :

Chacun peut renseigner les créneaux horaires où il est joignable et injoignable. Ce fonctionnement permet d’instaurer une réelle frontière entre vie professionnelle et vie privée.

 


 

Renouez avec vos passions, faites une pause et pensez à ce que vous souhaitez réaliser en dehors du travail ! En anglais, on parle d'un "retour dans la vraie vie" soit "IRL, In Real Life" en commençant de nouvelles activités. C'est en chassant vos réflexes digitaux que vous pourrez commencer à vous déconnecter et vous reconnecter à l'essentiel : vous.

Auteur(e) :
Alice Forgereau
Responsable communication chez HappyCab x VDC
Profil LinkedIn
Vous avez aimé cet article ou vous l’avez trouvé utile ?
Dîtes-le en un click !
Tu veux le partager ?
Deconnection
Stress
Smartphone
Mail
139 Offres d'emploi disponibles actuellement Montrez-les moi !
Il y a forcément un HappyCab près de chez toi
T'habites où ?
Voyons voir
Votre entreprise ou votre cabinet est cool ?
Faites-le savoir !
Inscrivez-vous 
gratuitement sur HappyCab et gagnez dés maintenant en visibilité et en attractivité aux yeux de la plus grande communauté de comptables de France (VDC et ses 120K abonnés) et postez tout de suite vos offres d'emploi en illimité et gratuitement !
Découvrir
Ne ratez aucune HappyNews ! Recevez chaque semaine par mail des infos, des astuces et des tutos sur la marque employeur, le management, la qualité de vie au travail ou encore le recrutement en vous inscrivant à notre Happy Newsletter !
Ils recrutent sur HappyCab :
Découvrez-en plus sur votre future team
151 HappyCabs à découvrir
Un HappyCab proche de chez vous ça vous tente ?
Recherchez dès maintenant les cabinets et les entreprises proches de chez vous qui recrutent sur HappyCab
Rechercher